Présentation

Ce carnet est le fruit du travail collectif d’étudiant.e.s en master d’études cinématographiques de l’université Paris 8. Les travaux se mènent dans le cadre d’un séminaire sur la notion paradoxale d’indépendance au sein du système classique hollywoodien.

On oppose habituellement le cinéma indépendant à la machine hollywoodienne industrialisée, comme deux catégories entièrement distinctes. Or, avant les mouvements bien identifiés des années 1960 à 1980, l’histoire de Hollywood est marquée par l’existence en son sein de différentes formes d’indépendance, depuis la fondation de United Artists en 1919, compagnie de distribution destinée à garantir la liberté artistique de ses fondateurs (Mary Pickford, Douglas Fairbanks, Charles Chaplin et David Griffith), jusqu’à l’essor de la production indépendante parallèle à la reconfiguration des studios provoquée par le Décret Paramount (1948).

Publicité pour United Artists au moment du lancement de la compagnie (1919)

Pendant l’âge d’or des studios existe une production indépendante ou semi-indépendante qui dialogue avec la corporation (Walter Wanger, Liberty Films avec Capra, Stevens, Wyler), l’exploitation indépendante a aussi joué un rôle, quoique méconnu, et beaucoup de métiers du cinéma ont été exercés de manière indépendante (pour des réalisateurs, d’Orson Welles à Ida Lupino, ou des stars freelance comme Barbara Stanwyck).

Ce séminaire d’histoire des métiers et formes cinématographiques explore les différentes modalités de l’indépendance, parfois toute relative, à l’intérieur du système hollywoodien et non les cinématographies entièrement marginalisées. Il s’agit d’étudier les caractéristiques des films, d’en interroger la distance par rapport aux normes hollywoodiennes et de définir historiquement et esthétiquement les formes de l’indépendance dans la période classique de Hollywood.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search